Notre projet

  • Questions-réponses

    Questions - Réponses

     

     

    Les associations Lapa Siansa et ACCESMAD

     

    Q. Comment vos deux associations se sont-elles constituées, qui en est à l’origine ?

    R. Il s’agit d’une équipe de bénévoles composée d’ingénieurs, de professeurs de sciences, d’universitaires scientifiques et d’étudiants basés à Madagascar et en France qui se sont mobilisés pour améliorer l’éducation scientifique sur « la grand île ». Ils ont créé 2 associations jumelles :

    L’association Lapa Siansa (Association malgache de loi 1960)

    ACCESMAD (Association pour la Création de Centres d’Education Scientifique à Madagascar Axés sur le Développement) - Association française de loi 1901

     

    Q. Quelles sont les coordonnées des deux associations et quels en sont les principaux membres ?

     

    R.

    Association Lapa Siansa

    Adresse : 165 route circulaire Ankorahotra, Ambandia,

    Antananarivo 101

    Madagascar

    Tél. +261 32 02 457 37

    Email: accesmad@free.fr

    Site Internet: accesmad.free.fr

     

    Principaux membres:

    Président : Wilson Rajerison, professeur à la faculté des sciences de Tananarive

    Vice-Président : Samuel Rabenandrasana, enseignant chercheur à l’école polytechnique de Madagascar

    Vice-Président représentant les institutions de l’éducation : Père Jery Ramaholimihaso, directeur du Collège Saint-Michel à Tananarive,

    Trésorier : Rondro Harisoa Lydia, consultante internationale en agronomie

    Chargée de communication avec les médias de l’information et secrétaire de l’association : Alice Randrianasolo, professeur de Sciences Naturelles au lycée J.J. Rabearivelo

    Hanitra Randrianasolo : représentante de Lapa Siansa en France, journaliste et chercheur en agronomie

    Jaona Andrianasolo : membre du Conseil d’Administration, Ingénieur, Directeur d’une ONG

    Fara Rakotozafy : coordination avec les enseignants, professeur de Sciences Naturelles au lycée J.J. Rabearivelo

    Me Gérard Ramangaharivony : conseiller juridique, avocat à la cour de Tananarive

     

    ACCESMAD

    Adresse : 10, rue Camille Claudel

    78420 Carrières-sur-Seine - France

    Tél. +33 139 57 80 21

    GSM +261 32 02 669 69

    Email: accesmad@free.fr

    Site Internet: accesmad.free.fr

     

    Principaux membres:

    Président : Jacques-Marie Perrier, Ingénieur ICAM, Ancien coopérant à Madagascar, en préretraite, anciennement manager mondial du programme « Move2Lotus » d’IBM

    Trésorier : Patrick Cazenave, Consultant senior en informatique dans une banque internationale spécialisée dans les systèmes de moyens de paiement

    Secrétaire : Cathy Bieth, Ingénieur, forte expérience dans le domaine des énergies renouvelables

    Webmaster : Jean Bieth, Ingénieur

    François Canonne : Représentant d’ACCESMAD à Madagascar, Professeur en Médecine

    Anne-Caroline Delétoille : assistante en communication et responsable SVT de la médiathèque, étudiante en Biochimie

    Christian Evrard : Responsable physique et chimie de la médiathèque, ingénieur consultant en informatique

    Françoise Danel : Consultante en SVT et en pédagogie pour la médiathèque, professeur de SVT

     

     

     

    Le système informatique, quelques notes techniques

     

    Q. Sur quel produit est basée la médiathèque ?

     

    R. La médiathèque est basée sur le produit Lotus Team Workplace (anciennement appelé Lotus QuickPlace) d’IBM, le « nec plus ultra » des outils collaboratifs disponibles sur le marché. Installé à plus de 8 millions d’exemplaires, il est présent en particulier dans le secteur éducatif. A noter l’exemple du Secrétariat à l’Education de l’état de Sao Paulo au Brésil qui administre un système éducatif comportant plus de 6 millions d’élèves. Il utilise Lotus QuickPlace pour un vaste projet qui consiste, entre autres, à mettre à niveau les connaissances de plus de 7 000 enseignants en moins de 18 mois.

     

    Q. Quel est l’intérêt de cette solution dans le contexte malgache ?

     

    R. L’intérêt majeur de cette solution est de permettre une excellente adaptation à l’environnement malgache qu’on peut caractériser en 3 points :

    La couverture du pays par le réseau Internet n’est que partielle

    L’accès standard au réseau Internet se fait avec une vitesse de transmission réduite (en particulier par comparaison avec des solutions de type ADSL)

    Le développement de « salles Internet » et autres cybercafés permet un accès Internet à un public nombreux pour un coût abordable

    La solution que nous avons mise en œuvre permet d’accéder à la médiathèque en tirant le meilleur parti des infrastructures existantes :

    via Internet à partir de n’importe quel ordinateur connecté (cybercafé, connexion privée ou d’établissement, …)

    en « local » sur des ordinateurs spécialement préparés ayant reçu une copie de la médiathèque ce qui permet de s’affranchir des contraintes liées à la lenteur du réseau Internet

    à terme, via des serveurs connectés ou non à Internet et ayant reçu une copie de la médiathèque, ce qui permettra un déploiement plus important tout en offrant de très bonnes performances d’utilisation, y compris sur des machines peu rapides.

    Les copies « locales » de la médiathèque sont mises à jour automatiquement lors des connexions au réseau Internet ; c’est ce qu’on appelle la synchronisation qui permet de s’assurer que les dernières mises à jour sur le serveur principal soient répercuté sur les différentes copies locales. Si l’ordinateur ne dispose pas de connexion Internet, les mises à jour se feront manuellement à partir de CD-ROM.

    .

     

    Q. Qu’en est il de l’ajout de nouveaux documents ?

     

    R. L’entrée de nouveaux documents dans la médiathèque est très simple : il suffit de le préparer sur un ordinateur en utilisant le logiciel MS Word puis de se connecter sur Internet pour le charger dans la médiathèque. Après contrôle par le « gourou » de la médiathèque (en quelque sorte le rédacteur en chef), le document est publié. Il est alors immédiatement disponible à la consultation pour toutes les personnes autorisées. En effet, le système de publication des documents permet de limiter les lecteurs selon les besoins. On pourrait par exemple, dans le cadre de la préparation d’une modification du programme scolaire, avoir des documents que seuls certaines personnes pourraient consulter en vue de leur mise au point, en attendant une diffusion générale au moment de la mise en service du programme scolaire modifié.

     

     

    Q. Quelle configuration d’ordinateur faut-il pour supporter la médiathèque ?

     

    R. Les configurations minimales pour les ordinateurs recevant une version locale de la médiathèque sont :

    En Windows 98 ou ME : Pentium 1 et 96 Mo de RAM (mémoire)

    En Windows 2000 ou XP : Pentium 2 et 128 Mo de RAM (mémoire)

    Pour tous : 300 Mo d’espace disque disponible (maquette). Les spécifications pour la médiathèque complète seront précisées ultérieurement.

     


    Les site pilotes

     

    Q. Quels sont les critères de choix des sites pilotes ?

     

    R. Les sites pilotes ont été choisi selon différents critères :

    Salles Internet accueillant de nombreux enseignants et élèves

    Etablissements volontaires avec des ordinateurs de taille suffisante ayant une connexion Internet au moins intermittente

     

    Q. Où la médiathèque a-t-elle été installée ?

     

    R. La médiathèque a été installée dans différentes salles :

    Salle Internet du lycée d’Andohalo : 3 ordinateurs

    Salle Internet de l’INSPC (Befelatanana) : 4 ordinateurs

    Collège Saint Michel (Amparibe) : 2 ordinateurs (prévision)

    Alliance Française à Andavamamba : 3 ordinateurs

    Collège KMR à Miarinarivo : 1 ordinateur

    Salle Internet de l’hôpital de Fianarantsoa : 2 ordinateurs (prévision)

     

    Les responsables de salle Internet ont été formés à l’encadrement des utilisateurs et

    20 enseignants ont suivi le stage de formation pour devenir à leur tour des formateurs.

     

    Q. Après l’installation de la médiathèque dans les salles pilotes et la formation des enseignants, quel premier bilan pouvez-vous tirer ?

     

    R. À partir des différents sites pilotes de la médiathèque et de la formation des enseignants, nous avons remarqué :

    La rapidité d’adaptation des enseignants, même quand ils n’ont jamais touché un ordinateur auparavant : 15 à 30mn pour apprendre à utiliser la souris et ouvrir et fermer des fenêtres, 30 minutes pour être à l’aise avec l’utilisation de la médiathèque

    Quelques retouches sont à prévoir sur la présentation des fiches pédagogiques

    La faible vitesse Internet montre l’importance d’une solution de type « local » : navigation sur l’ordinateur lui-même, sans connexion Internet

    La solution technique retenue est suffisamment robuste pour s’adapter à de nombreuses configurations, mais un minimum de mémoire RAM est indispensable (voir les configurations recommandées).

     

     

    Et après la Médiathèque…

     

    Q. Cette médiathèque est-elle l’aboutissement de votre projet ?

     

    R. Très clairement : NON. La médiathèque n’est que la première grande étape de notre projet global qui vise à créer des centres d’expérimentation scientifiques regroupés sous l’appellation « Lapa Siansa ». Ils permettront aux élèves et aux enseignants des collèges et lycées de faire des travaux pratiques scientifiques et de participer à des expériences qui concrétiseront le programme scolaire et montreront comment les différentes découvertes scientifiques peuvent aider au développement rapide et durable de Madagascar. (Voir le triptyque joint).


    Skip Nouvelle version

    Nouvelle version

    Skip Signaler anomalie

    Signaler anomalie