S.V.T. 1ère A - Biologie - Production primaire au niveau des plantes vertes

Les deux groupes de réactions de la photosynthèse

URL source du document

 

www.snv.jussieu.fr/bmedia

 

 

Document

 

 

 

La Photosynthèse

07 - Deux groupes de réactions

 

Plusieurs types d'expériences ont montré que la photosynthèse pouvait être découpée en deux groupes de réactions de significations différentes mais couplées entre elles et nécessitant des intermédiaires.

I - Expérience de Ruben et Kamen : origine de l'oxygène

2 - Expériences d'Emerson et Arnold (1932) : existence de deux types de réactions

Ces expériences ont été réalisées sur des algues vertes unicellulaires (Chlorelles) en suspension.
L’incorporation du CO2 est mesuré en lumière intermittente à l'aide d'un tube néon intense qui produit des éclairs brefs (10 µs) séparés par des intervalles variables d’obscurité (entre 1 et 40 ms).

Trois séquences schématiques montrant comment séparer des éclairs de même durée par des intervalles obscurs variables. Exemple pour 10 éclairs.

Expérimentalement, chaque mesure est réalisée pour un total de 10 000 éclairs de 10µs (soit un total de 1s de lumière) et des durées de périodes sombres comprises entre 100 s et 4000 s (soit un total d'obscurité compris entre 1,6 à 64 minutes ).

Influence de la durée de la période sombre sur la photosynthèse nette de chlorelles soumises à une lumière intermittente (éclairs de 10 µs). La durée totale de l'éclairement est constante.
Pour un éclair de 10 µs, il faut :

à 25 °C : une période sombre totale d’environ 20 ms (2000 fois plus importante) pour obtenir une photosynthèse nette maximum.

à 5°C, la durée de la période sombre augmente, mais la photosynthèse nette maximum est la même.

Conclusion : dans les conditions de cette expérience (éclairement total bref et saturant), il faut une période sombre importante pour obtenir une photosynthèse maximum. Ceci suggère que des intermédiaires sont formés à la lumière rapidement de manière quasi insensible à la température (réactions photochimiques) et qu'ils sont utilisés beaucoup plus lentement par des réactions chimiques sensibles à la température.

Remarque : dans les conditions normales (lumière continue, ces deux groupes de réactions dites "claires" et "sombres" se déroulent conjointement à la lumière. Donc, il faut préférer les termes de "réactions photochimiques" et de "réactions biochimiques d"assimilation du CO2" respectivement.

 

 

3 - Expérience de Hill (1937) : la libération de O2 nécessite un accepteur d’électrons.



Hill utilise une suspension de chloroplastes isolés dans un tampon sans CO2. Il mesure les variations de dioxygène à l'aide d'une électrode à oxygène. Il ajoute à la préparation un accepteur artificiel d'électrons, le ferricyanure de potassium, Fe3+(CN-)6K3 ( réactif de HILL) et travaille en lumière continue.

Fe3+ (ferricyanure) +1 e- ---> Fe2+ (ferrocyanure)

En lumière continue, les chloroplastes isolés en suspension dans un tampon produisent du dioxygène (mesuré à l'aide d'une électrode à O2) à condition qu'un accepteur d'électrons soit ajouté. Cette réaction se réalise en l'absence de CO2.

Dans les conditions naturelles de la photosynthèse, l'oxydation de l'eau s'accompagne de la réduction d'un intermédiaire (ici remplacé par un accepteur artificiel) qui servira de donneur d'électrons pour la réduction du CO2. "In vivo", cet intermédiaire est le couple NADP+ / NADPH.

En résumé, on peut compléter le schéma précédent :

Dans les thylacoïdes se réalise la conversion de l'énergie lumineuse. Celle-ci permet le transfert des électrons jusqu'au couple NADP+/ NADPH et permet la synthèse d'ATP.
Dans le stroma se réalise le cycle de Calvin qui permet la fixation du CO
2 grâce à l'utilisation de l'ATP et du NADPH.

 

François Moreau et Roger Prat

 


Last modified: Friday, 8 January 2016, 7:49 AM
Skip Signaler anomalie

Signaler anomalie