S.V.T. Seconde Biologie - Histologie

Tissu nerveux (html)

URL source du document

http://www.medvet.umontreal.ca/histologie/Tnerv/cadres8.htm

Document

 

Le tissu nerveux

Ce tissu comprend : des neurones ainsi que des cellules non nerveuses dont l’ensemble forme la névroglie. Ces cellules établissent d’étroits contacts avec les neurones.

Description d’un neurone multipolaire (présences de plusieurs dendrites et d’un axone)

 

  
Il s'agit d’un frottis de moelle épinière, plus précisement de la substance grise. Au pointeur, le corps cellulaire d’un neurone hérissé de plusieurs dendrites. Les noyaux foncés, tout autour du corps cellulaire, appartiennent à la névroglie.

Description d’un neurone multipolaire (suite)

    
À remarquer: le vigoureux nucléole, le gros noyau très riche en euchromatine ainsi que le neuroplasme qui regorge de corps de Nissl (ribosomes associés ou non au réticulum endoplasmique rugieux).

Axones ou fibres nerveuses

   
Nous sommes toujours dans la substance grise de la moelle épinière. À l’extrémité du pointeur, une portion d’axone nu, c’est-à-dire sans gaine de myéline. L’enchevêtrement de cordelettes très foncées indique la présence de dendrites.

Axones ou fibres nerveuses (suite)

 

 

Nous sommes maintenant dans la substance blanche de la moelle épinière. À l’extrémité du pointeur, un îlot très foncé représentant l’axone en coupe transversale. Tout autour, l’image négative de la gaine de myéline (l’espèce de couronne très pâle).

Myéline = cholestérol, phospholipides, glycolipides, etc.

Axones ou fibres nerveuses (suite)

 

    
Nous sommes toujours dans la substance blanche de la moelle épinière. À l’extrémité du pointeur, le gros noyau d’un oligodendrocyte, responsable de la formation de la gaine de myéline au niveau du système nerveux central

.

Axones ou fibres nerveuses (suite)

   

Nous sommes présentement à l’intérieur d’un faisceau de fibres nerveuses, donc au niveau du système nerveux périphérique. On peut facilement identifier le gros noyau du neurolemmocyte qui bossèle la surface de la gaine de myéline.

Neurolemmocyte = cellule de Schwann

Axones ou fibres nerveuses (suite)

 

  
Il s’agit de fibres nerveuses dissociées (au niveau du S.N.P.). On reconnaît le noeud ou étranglement de Ranvier. Au niveau de ce noeud, on peut observer l’axone et la gaine de myéline.

Axones ou fibres nerveuses (suite)

 

Il y a également présences des incisures (sous forme de courts traits foncés) .

Cellules de la névroglie

À l’extrémité du pointeur, l’astrocyte fibreux (de forme très étoilée) établit contact avec un vaisseau sanguin. Ce point de contact porte le nom de pied vasculaire. On le retrouve dans la substance blanche du S.N.C. alors que dans la substance grise, ce sont des astrocytes protoplasmiques. Ils assument des fonctions semblables (soutien, réparation,etc...)

 

Cellules de la névroglie (suite)

  

Le pointeur situe le noyau d’un microgliocyte (très peu de cytoplasme). Cette cellule joue le rôle d’éboueur.

Cellules de la névroglie (suite)

  
Tout autour de la cellule ganglionnaire (gros neurone) il y a des cellules satellites ou amphicytes. Elles assument la protection et la nutrition (échanges métaboliques) du neurone ganglionnaire.

Architecture du nerf

  

Épinèvre(1) = gaine de tissu conjonctif dense qui enrobe tous les faisceaux d’un nerf.

Périnèvre(2) = couche de tissu conjonctif dense entourant chaque faisceaux.

Endonèvre = tissu conjonctif aréolaire entourant chaque fibre.

Cervelet

 

 
Substance grise ou cortex : la substance grise possède trois couches différentes, soit: la couche moléculaire, territoire ou les neurones sont assez rares. On retrouve des cellules en panier et des cellules étoilées (neurones) mais impossible de les distinguer sur cette diapo. Il y a également la couche des cellules de Purkinje, et l’épaisse couche granulaire (territoire renfermant un nombre très élevé de petits neurones).

   
Entre les circonvolutions de la substance grise on peut voir la substance blanche domaine des fibres nerveuses myélinisées.

Corpuscule de Pacini

  

Il s'agit d'un récepteur nerveux simple que l'on retrouve dans la peau, sur les surfaces articulaires et dans certaines séreuses (péritoine).  Nous avons au pointeur, l'extrémité de la fibre nerveuse.   Celle-ci est entourée de lamelles concentriques qui confèrent une forme particulière, celle d'un ballonnet, à un récepteur nerveux.

 

Rétine

 
Vue générale de la rétine.

Au-dessus de l’épithélium pigmentaire, il y a la couche des capillaires. Ceux-ci vont  " fournir " les nutriments nécessaires à l’épithélium pigmentaire.

(1) Épithélium pigmentaire : on observe de la pigmentation au niveau des replis des cellules. Celles-ci servent de trait d’union entre les vaisseaux de la couche chorio-capillaire et les photorécepteurs. En outre, ces cellules peuvent absorber un surplus de photons (grâce à leurs granules de mélanine) pour diminuer l’éblouissement.

(2) Couche des segments des cônes et des bâtonnets : vision en lumière vive et perception des couleurs.

La membrane limitante externe est le reflet de la juxtaposition des complexes de jonction enter les photorécepteurs et entre ces derniers et les cellules de Müller.

(3) Couche nucléaire externe : ensemble des noyaux des cônes et des bâtonnets.

(4) Couche plexiforme externe : territoire très pâle et très peu peuplé. On peut y retrouver les noyaux des cellules horizontales (neurones participant à la formation de synapses avec les photorécepteurs et les cellules bipolaires). On n’en voit pas sur cette diapo.

(5) Couche nucléaire interne : ensemble des noyaux des cellules bipolaires.

(6) Couche plexiforme interne : région riche en synapses (entre les cellules bipolaires, amacrines et ganglionnaires).

(7) Couche des noyaux des cellules ganglionnaires : (neurones multipolaires) la conduction directe implique donc 3 populations de neurones : les photorécepteurs, les cellules bipolaires ainsi que les cellules ganglionnaires.

Vient ensuite la couche des fibres du nerf optique (axones appartenant aux cellules ganglionnaires).

Le tout se termine par la membrane limitante interne, c’est-à-dire, une membrane basale associée aux pieds ces cellules de Müller (assurent le soutien).

Last modified: Wednesday, 3 August 2016, 2:41 PM
Skip Signaler anomalie

Signaler anomalie