S.V.T. terminale D - Biologie Hérédité et Génétique

Brassages géniques (html) Cours

BRASSAGES GENIQUES

 

 

 

La reproduction sexuée comporte deux étapes essentielles : la méiose qui, à partir d’une cellule mère des gamètes à 2n, forme des gamètes à n et la fécondation qui, par fusion de deux gamètes à n , forme une cellule œuf à 2n. Un brassage génique est une recombinaison des allèles des gènes.

Après avoir présenté l’exemple choisi pour illustrer, nous étudierons les brassages géniques au cours de la méiose puis au cours de la fécondation.

 

 

I.                     Exemple choisi pour illustrer des brassages géniques.

Seuls des individus hétérozygotes pour des gènes polymorphes peuvent subir des brassages géniques.

Des parents de lignée pure ne produisent qu’une sorte de gamète : homozygotes pour les caractères choisis, ils ne manifestent pas de brassages à la méiose. Nous mettrons en évidence des brassages sur les hybrides issus du croisement des deux souches de Drosophiles de lignée pure.

 

P (lignée pure)                        [L , G]      L , G               x              [v , e]      v , e

                                                                 L , G                                              v , e

 

F1 (hybride)                                                        [L , G]      L , G

                                                                                             v , e

 

Les deux gènes choisis étant indépendants (situés sur deux chromosomes différents) seul le brassage interchromosomique peut être mis en évidence.

 

II.                   Brassages géniques au cours de la Méiose

C’est en ANAPHASE de division réductionnelle de Méiose qu’a lieu un BRASSAGE INTERCHROMOSOMIQUE : répartition aléatoire des chromosomes dupliqués de chaque paire, vers chaque pole de la cellule. Les schémas suivants illustrent ce mécanisme pour l’exemple choisi.

 

Cellule mère des gamètes : en fin d’interphase S :

diploïde dupliqué.

 

PROPHASE I : appariement des

Chromosomes homologues

en tétrades.

 

ANAPHASE I  :ségrégation aléatoire

des homologues de chaque paire

vers chaque pole

 

TELOPHASE II : pour  2 gènes

indépendants :4 combinaisons possibles

des allèles :4 gamètes haploïdes

monochromatidiens.

 

Puisque les gènes observés ne sont pas liés, on ne visualise pas de brassages intrachromosomiques en prophase I de méiose, ni de brassages interchromosomiques en anaphase II de méiose.

 

III.                 Brassages géniques à la fécondation.

La fécondation assure la rencontre aléatoire de deux gamètes parmi tous ceux possibles à la gamétogenèse. L’échiquier de croisement met en évidence toutes les nouvelles combinaisons d’allèles possibles lors du croisement de deux hybrides des souches choisies

 

                                     Ovule

           Spermatozoide

 

 

Pour deux caractères polymorphes, la drosophile peut produire 2²  gamètes différents possibles puis 2²  x 2²   = 2*    combinaisons d’allèles possibles à la fécondation. Chez un individu, si le nombre de gènes polymorphes est élevé, les brassages possibles sont presque infinis et l’individu qui résulte de la reproduction sexuée est génétiquement unique.

 


Last modified: Wednesday, 6 January 2016, 7:39 AM
Skip Signaler anomalie

Signaler anomalie