S.V.T. terminale D - Géologie - Cartographie

Cartographie Cours

CARTOGRAPHIE

Contenu

A-         CARTE TOPOGRAPHIQUE

I)      GENERALITES

1-      Définition

2-      Echelle

3-      La représentation du relief sur une carte

II)         REALISATION D'UN PROFIL TOPOGRAPHIQUE

B-          CARTE GEOLOGIQUE

I)      GENERALITES

1-      Définition

2-      Notation des terrains

II)         COUPE GEOLOGIQUE

1-      Définition

2-      Principe de réalisation de coupe géologique

3-      Le pendage des couches

4-      Autres déterminations de sens de pendage s’il manque des signes de pendage

5-      Détermination de valeur de pendage si l’épaisseur d’une couche est indiquée avec précision

 

 

 

A-    CARTE TOPOGRAPHIQUE

I)                   GENERALITES

1-      Définition

Les cartes topographiques sont de représentation plane de la surface de la terre permettant de percevoir le relief, déterminer des altitudes et mesurer des pentes.

2-      Echelle 

: notée E c’est le rapport de grandeur entre la mesure  sur la carte et la mesure réelle correspondante sur le terrain ; ces deux mesures ont même unité

3-      La représentation du relief sur une carte


L'orographie est la représentation du relief terrestre. Plusieurs éléments décrivent les formes du terrain : les courbes de niveau et les points cotés.

a/ Les courbes de niveau

Le relief du terrain est dessiné sur la carte par des courbes de niveaux

  Définition

. Les courbes de niveau ou isoplètes sont des lignes imaginaires placées sur une carte de géographie, qui joignent tous les points situés à la même altitude. C'est aussi la ligne d'intersection d'un plan horizontal avec le relief du terrain.

  Principe de construction des courbes de niveaux

 Pour comprendre la représentation du relief par les courbes de niveau, il suffit d'imaginer une montagne découpée en gradins et de la survoler par la pensée.

  Équidistance

L’équidistance est la distance verticale séparant deux courbes de niveau : C’est la différence d'altitude ou dénivellation entre deux courbes de niveau simples.

Elle est toujours multiple entier de 5 et ne varie jamais dans une carte, ainsi les altitudes des toutes les courbes de niveau dans cette carte sont multiples entiers de l’équidistance.

Elle peut varier d'une carte à l'autre en fonction de l'échelle et du relief cartographié.

Principe de calcul de l’équidistance notée le plus souvent  par e

L’unité de l’équidistance e est toujours le mètre (m)

  Types de courbes de niveau

On distingue sur la carte trois types de courbes de niveau:

-          les courbes simples ou « traditionnelles » dessinées en trait fin continu

-          les courbes maitresses ou directrices, appelées aussi courbes principales, qui sont dessinées en trait épais continu. Une courbe maîtresse sera généralement associée à une altitude indiquée par des chiffres orientés en fonction de la pente repérée : cela permet de compter rapidement la dénivelée

-          les courbes intermédiaires, dessinées en traitillés ou en pointillés sur la carte et qui se situent à la demi-équidistance. On les représente sur la carte uniquement lorsque la pente n'est pas régulière entre deux courbes de niveaux "traditionnelles" ou entre une courbe directrice et une courbe « traditionnelle ».

  Caractéristiques  des courbes de niveau

-          L’altitude est précisée à certains endroits sur les courbes de niveaux : le haut des chiffres indique la partie haute de la pente, et le bas des chiffres la partie basse de la pente.

-           Pente : Plus les courbes de niveau sont rapprochées, plus la pente est raide ; plus elles sont espacées, plus la pente est douce.

-          Distinguer les cuvettes des sommets

Un Sommet est représenté par des courbes concentriques dont l’altitude centrale est plus élevée par rapport à l’altitude périphérique

 

 

 

 

            Une Cuvette est représentée par des courbes concentriques dont l’altitude centrale est plus basse par rapport à l’altitude périphérique

La différenciation des sommets et cuvettes facilite la compréhension du relief

Vallée ou thalweg reconnue dans une carte par des courbes de niveau formant des chevrons dont les pointes de V tournent vers l’altitude supérieure

 Des ruisseaux coulent dans les thalwegs de l’amont vers l’aval

Les points cotés

Les points cotés occupent une grande place dans le figuré du terrain. Ils doivent répondre à trois impératifs :

- Aider à la lecture des courbes de niveau.
- Définir les parties non représentées par les courbes en raison de l'équidistance (sommet, cuvette, changement de pente).
- Servir de point de départ à des opérations altimétriques sur le terrain (exemple : réglage d'un altimètre)

Interpolation d'une altitude entre les courbes

Les courbes de niveau et les points cotés permettent de déterminer l'altitude d'un point par approximation, la pente étant localement supposée uniforme.

 Détermination d’altitude d’un point A

Il convient d'abord de déterminer l'altitude des courbes qui encadrent le point A. La différence d'altitude entre le point A et les courbes de niveau qui l'encadrent est proportionnelle à la distance qui le sépare de ces mêmes courbes

 (a/b = c/d)

 

II)                REALISATION D'UN PROFIL TOPOGRAPHIQUE

Les cartes topographiques peuvent donner lieu à des coupes de terrain, dans lesquelles on exagère généralement l'échelle des altitudes. Les notions rappelées ci-dessous aideront le lecteur de la carte à analyser les différentes formes de terrain ou savoir si deux lieux sont visibles entre eux. Comment tracer un profil ? Placer le bord inférieur de la feuille sur la ligne de coupe choisie et reporter les points d'intersection avec les courbes de niveau. Elever en ces points les perpendiculaires à la base du profil, et reporter les hauteurs correspondantes en tenant compte de l'échelle des altitudes. En joignant les points ainsi déterminés, on obtient une coupe du terrain dans la direction choisie.

 

 

 

Attention : le procédé ainsi proposé ne tient pas compte de la sphéricité de la terre. La base du profil est en fait un arc de cercle. Pour corriger le profil il faut en fait soustraire aux altitudes reportées sur la coupe la valeur du niveau apparent approximée par Na (en m) = D2/15 (D étant la distance en km entre le point de départ du profil et les points reportés sur le profil)

B-     CARTE GEOLOGIQUE

I)                   GENERALITES

1-      Définition

Carte géologique : c’est la représentation des natures des terrains qui affleurent à la surface du sol sans couverture végétale

2-      Notation des terrains

Les différents terrains sont notés suivant leur âge pour les roches sédimentaires et leur nature pour les roches cristallines.

Pour les roches sédimentaires, les roches sont représentées par des lettres rappelant les nomenclatures des différentes subdivisions de l’échelle stratigraphique.

Exemple pour l’ère secondaire :

 Trias représenté par  T ou t

Jurassique représenté par  J ou j

Crétacé représenté par  C ou c

D’autres subdivisions sont obtenues en accompagnant à ces lettres des chiffres  romains en indice ou chiffres arabes en exposant.

Les chiffres romains en indice sont présentés en ordre décroissante lorsqu’on monte dans une série sédimentaire et les chiffres arabes en exposant, en ordre croissante.

Exemples : TI la plus récente, TII, TIII la plus ancienne.

                     J2 la plus ancienne, J5, J9 la plus récente

Pour une même lettre, les couches affectées de chiffres romains sont plus anciennes que les couches affectées de chiffres arabes.

                     Exemples : C5 la plus récente, C1, CI, CIV la plus ancienne

La légende stratigraphique s’établit à droite et en bas de la carte selon le principe de la superposition :

-          Méthode verticale : couche plus ancienne à la base et la plus récente au sommet

Exemple

C5 plus récente

C1

CI   

CIV   plus ancienne       

-          Méthode horizontale : couche la plus ancienne à droite et la plus récente à gauche

C5  plus récente      C1      CI       CIV   plus ancienne       

 

II)                COUPE GEOLOGIQUE

1-      Définition

 C’est la représentation du sous-sol  sur une carte topographique (sans couverture végétale),  réalisée à partir d’affleurements et de forages

2-      Principe de réalisation de coupe géologique

Après avoir réalisé le profil topographique,  en respectant les échelles des longueurs et des hauteurs :

-  Sur le bord supérieur du papier millimétré, entre les deux extrémités de la coupe orientée, relever les limites des contours géologiques et l’âge de chaque strate ou couche.

-  Les projeter  sur la surface topographique.

-   Mettre en place les strates selon les principes de superposition tout en considérant les pendages des couches.

3-      Le pendage des couches 

: c’est l’inclinaison d’une strate par rapport à l’horizontale.

         Il est symbolisé par différentes signes conventionnelles

Sa longueur indique l’angle d’inclinaison. La flèche précise la direction de l’inclinaison. On  indique parfois, sur la flèche la valeur de l’angle de pendage.

4-      Autres déterminations de sens de pendage s’il manque des signes de pendage

-          Considération de l’ordre chronologique des couches dans la légende stratigraphique

-          Considération de l’appartenance de couches dans une série plissée où existe un synclinal ou un anticlinal : pour le synclinal, la couche la plus récente  affleure au centre des plus anciennes et pour un anticlinal c’est la couche la plus ancienne qui affleure au centre des plus récentes : on a une structure plissée

-          Considération des intersections de courbes de niveau et contours des couches :

  Pendage nul si les limites des couches sont parallèles aux courbes de niveau : on a une structure horizontale

  Pendage 90° si les limites des couches traversent la vallée en ligne droite : on a une structure verticale

  Si les limites des couches présentent des formes V au niveau des vallées, les pointes de V des limites de couches indiquent le sens de pendage.

5-      Détermination de valeur de pendage si l’épaisseur d’une couche est indiquée avec précision

Soient A et B les limites de la couche dont l’épaisseur est donnée sur la surface topographique, le pendage est tourné de A vers B, alors A est la limite inférieure de la couche et B sa limite supérieure.

De B, tracer un arc de cercle de rayon égal à l’épaisseur de la couche ; de A , tracer la tangente à ce même cercle : le segment AT (tangente à ce cercle)  représente la limite inférieure de la couche et donne son angle de pendage exact avec le plan horizontal. On trace ensuite le parallèle à AT du point B pour la limite supérieure de la couche

 


Last modified: Thursday, 7 January 2016, 10:12 AM
Skip Signaler anomalie

Signaler anomalie