S.V.T. terminale C - La reproduction humaine

Les cycles de la femme (html) cours

CYCLES SEXUELS CHEZ LA FEMME

 

L’appareil génital de la femme est caractérisé par un fonctionnement cyclique qui débute à la puberté et s’achève à  la ménopause.

 Un cycle sexuel féminin dure environ quatre semaines (28jours) et se caractérise

- par des modifications complexes affectant plusieurs organes : ovaires, utérus, complexe hypothalamo-hypophysaire,

- par l’ovulation et

- par l’apparition des règles ou menstruation.

Toutes ces transformations cycliques sont parfaitement synchronisées grâce à l’action des hormones sécrétées par différentes glandes endocrines.

Le cycle sexuel ou menstruel se définit par l’intervalle entre deux menstruations

1)      Cycle ovarien

Bien avant la naissance, les ovocytes étant entourés de quelques cellules folliculaires, l'ensemble formeles follicules primordiaux. Ces follicules primordiaux commencent, les uns après les autres, à se développer, depuis la puberté jusqu'à la ménopause. Ils se transforment en follicule primaire puis en follicule secondaire (plein) puis en follicule cavitaire

Follicule primaire : l'ovocyte a grossi, la couche de cellules folliculaires commence à se diviser. On est presque au stade de follicule secondaire

Jeune follicule cavitaire : des cavités apparaissent entre les cellules folliculaires

Uncycle ovarien commence le premier jourdes règles et comporte:

- la phase folliculaire(de durée variable)

- l'ovulation.

- la phase lutéinique(de durée plus ou moins constante 14 jours)

     Au cours de la phase folliculaire, un follicule cavitaire jeune se développe complètement pour devenir un follicule mûr ou follicule de De Graaf dans l'un des deux ovaires : les cellules folliculaires  prolifèrent considérablement libérant de liquide folliculaire, les cavités augmentent de volume puis se fusionnent en une seule formant l’antrum. Une couronne de couches de cellules folliculaires entourant directement l’ovocyte forme le corona radiata et le reste, le granulosa. Une espace autour de l’ovocyte forme la zone pellucide.Le tout est enveloppé d’une double couche de tissus conjonctifs à rôle glandulaire : thèque interne et thèque externe.

Au terme du développement de follicule, la division réductionnellede l’ovogenèse se poursuit : l’ovocyte I qui était bloqué en prophase I donne naissance à deux cellules : l’ovocyte II et le premier globule polaire qui dégénèrera ; l’ovocyte II subit immédiatement la division équationnelle mais reste bloqué en métaphase II.

     L'ovulation est l'expulsionpar l’ovaire d'un ovocyte II bloqué en métaphase II, par rupture de la paroi du follicule. Il est recueilli par le pavillon puis passe dans la trompe de Fallop où il peut être fécondé par un spermatozoïde. 

 

 

     La phase lutéiniquecorrespond àla croissance puis la régression du corps jaune qui se forme à partir du reste follicule qui a participé à l'ovulation : Les cellules de la thèque interne et du granulosa se transforment en cellules lutéales qui se multiplient et comblent progressivement la cavité. S'il n'y a pas eu fécondation, le corps jaune régresse à la fin du cycle.

 

 

 

 

Remarques : L’ovulation est spontanée chez beaucoup de mammifères et chez les femmes, mais elle est provoquée par le rapport sexuel chez certains mammifères.

2)      Cycle des hormones ovariennes 

Une ovariectomie chez une femme entraine l’arrêt du cycle sexuel traduit principalement par l’absence des règles.

Chez les autres mammifères femelles ovariectomisées,  il y a également arrêt de cycle  traduit par l’absence de « chaleur » ou « œstrus » :

Ce qui signifie que les ovaires commandent le cycle utérin par l’intermédiaire des hormones : Œstrogènes et progestérone sont les deux hormones sexuelles  de la femme 

Pendant la phase folliculaire, les cellules de la thèque interne et de la granulosa sécrètent des œstrogènes.

La quantité sécrétée augmente avec la croissance du follicule. Elle diminue un peu au moment de l'ovulation. 

En phase lutéinique, les cellules lutéales du corps jaune sécrètent de la progestérone

 

 

 

 

 

Rôles des œstrogènes et progestérone

Hormones sexuelles et supports histologiques

Œstrogènes produits par  la thèque interne  et les cellules du granulosa  de follicule

Progestérone  produite par les cellules lutéiniques du corps jaune

 

Sur l’endomètre

- Responsable s de l’acquisition de la morphologie  féminine (caractères sexuels II aire de la femme)

- Augmente nt l’épaisseur de la muqueuse utérine

- Développent les glandes en tube

-Augmentent les artérioles

- Limite et complète l’action des œstrogènes

- Responsable de la « dentelle utérine »

- Stimule la sécrétion de glycogène par les glandes en tube

 

Sur le myomètre

Responsable de sa contraction

Inhibe la contraction donc responsable du « silence utérin » : gestation possible

Sur le plan général

Diminuent la température inférieure  à 37°

Augmente la température supérieure à 37°

 

3)      Cycle de l'utérus

Le cycle de l'utérus est marqué par la survenue périodique des règles ou menstruations (on parle aussi de cycle menstruel). Le premier jour des règles est, par définition, le premier jour du cycle. 

a) Coupe transversale de l’utérus à deux moments différents du cycle sexuel :1 en phase folliculaire et 2 en phase lutéale.

 

Le myomètre est un muscle trèsélastique et l’endomètre  ou muqueuse très vascularisé, tapissé intérieurement d’un épithélium. L’endomètre subit des variations cycliques  durant toutes  les périodes du cycle sexuel.

 

b) Cycle endometral :

 En phase folliculaire juste après la menstruation,on observe une croissance de la muqueuse utérine : c'est la phase proliférative, les œstrogènes ovariens stimulent la croissance de la muqueuse utérine. Les glandes se développent mais restent droites.

  En phase lutéinique, La progestérone associée aux œstrogènes stimule la vascularisation de la muqueuse utérine et la spiralisation des glandes. Ces glandes deviennent tortueuses et ramifiées donnant l’aspect de dentelle utérine, elles  augmentent leur sécrétion : c'est la phase sécrétoire.

A ce moment-là, un œuf  fécondé peut s'implanter dans la muqueuse utérine et s'y développer.

S’il n’y a pas fécondation de l’ovocyte II, la régression du corps jaune entraine la chute des sécrétions d'œstrogènes et de progestérone : c’est la fin du cycle précédent, début du cycle suivant marquée par un écoulement de sang au niveau de vulvedû à la dilatation des artérioles et la rupture de leurs parois : c’est la menstruation ou règles.

c) Cycle de la glaire cervicale :

Au cours du cycle menstruel, le col de l’utérus subit des modifications en rapport avec la sécrétion de glaire par les glandes cervicales.

-          En phase pré-ovulatoire, la glaire cervicale est imperméable : filance faible

-          En phase ovulatoire, elle devient perméable : filance augmentée

-          En phase post-ovulatoire, elle est imperméable : filance faible

La filance (aptitude du mucus à s’étirer en fil) joue un rôle très important dans la fécondation.

 

 

4)      Commande hypothalamo-hypophysaire du cycle ovarien 

L'hypothalamus sécrète la gonadolibérine (GnRH) qui stimule la sécrétion des gonadostimulines hypophysaires (FSH et LH), c’est une neuro-hormone car elle est secrétée par des cellules nerveuses de l’hypothalamus.  Ces gonadostimulines FSH et LH sont sécrétées par l’adéno-hypophyse

La FSH stimulent la croissance des follicules

C'est le pic de sécrétion de LH vers le milieu du cycle qui déclenche l'ovulation.

La LH est également responsable de la formation du corps jaune à partir du reste de follicule après ovulationen transformant les cellules folliculaires en cellules lutéiniques.

En fin de phase lutéinique, la concentration des gonadostimulines hypophysaires est insuffisante pour maintenir le corps jaune. La régression du corps jaune entraine une baisse de sécrétion des hormones sexuelles. C'est ce qui déclenche la menstruation au début du cycle suivant.

 

5)      Rétrocontrôles exercés par l'ovaire sur l'axe hypothalamo-hypophysaire et la régulation des cycles 

Les hormones ovariennes exercent en retour, un rétrocontrôle ou feed-back sur l'axe hypothalamo-hypophysaire. Lorsque leur concentration est faible, en début de phase folliculaire, les œstrogènes inhibent la sécrétion des hormones hypophysaires (rétrocontrôle négatif). En fin de phase folliculaire, lorsque leur taux dépasse un seuil, ces œstrogènes exercent un rétrocontrôle positif de courte durée sur l'axe hypothalamo-hypophysaire. C'est ce rétrocontrôle positif qui déclenche le pic de LH qui, lui-même déclenche l'ovulation. On passe alors à la phase lutéinique au cours de laquelle les œstrogènes et la progestérone exercent un rétrocontrôle négatif sur la sécrétion des hormones hypophysaires. Ce rétrocontrôle va, en fin de cycle, entrainer une baisse de la sécrétion des gonadostimulines. Cette baisse entraine la régression du corps jaune, qui elle-même entraine la menstruation au début du cycle suivant.

 

6)       Synchronisme des cycles sexuels chez la femme

Tous ces différents cycles sexuels chez la femme sont parfaitement synchronisés

 

 


Last modified: Tuesday, 15 December 2015, 8:46 AM
Skip Signaler anomalie

Signaler anomalie