Définition d’un condensateur 

Source :http://www.positron-libre.com/cours/condensateur/condensateur.htm

I- Le premier condensateur fabriqué par l’homme : la bouteille de Leyde

En 1745, à Leyde, ville de la Hollande méridionale, trois savants qui étudiaient les phénomènes d'électricité statique s'aperçurent que le dispositif qu'ils avaient confectionné à l'aide d'une bouteille était capable de stocker de l'énergie électrique.

Il s'agissait simplement d'une bouteille contenant une feuille métallique A conductrice sur la face interne et sur la face externe de sa paroi de verre D. Ils venaient de créer le premier condensateur de l'Histoire.

 Les feuilles métalliques sont appelées "armatures" et la paroi isolante en verre est le "diélectrique".

 

 

 

En reliant les deux armatures du condensateur à une source d'électricité statique, les charges électriques négatives (électrons) en provenance de la borne (-) de la source viennent s'agglutiner sur une des armatures tandis que les charges positives (manque d'électrons) se rassemblent sur l'autre armature.

Le déplacement de charges très rapide au début diminue très rapidement. Un équilibre s'établit entre charges positives et charges négatives. Le condensateur est alors chargé.

Un condensateur peut conserver trés longtemps sa charge si l'isolement entre les deux armatures est très grand.

 La quantité d'électrons (et de charges positives) enmagasinée est proportionnelle à la tension de la source d'électricité et à la "capacité" de stockage du condensateur.

Le condensateur moderne existe sous de nombreuses formes et ses domaines d'application se situent principalement en électricité (batterie de condensateur pour l'amélioration du cos phi ou facteur de puissance) et en électronique.

Il est largement utilisé pour le filtrage des alimentations électroniques (condensateur chimique de grande capacité), l'accord des circuits hautes fréquences (téléphone mobile, satellites...), le couplage ou découplage de circuits... 

 

 

II-Définition du condensateur

Définition du condensateur

On appelle condensateur l'ensemble de deux surfaces conductrices ou armatures, séparées par un isolant ayant une permittivité (ou constante diélectrique) donnée. L'isolant est souvent appelé "diélectrique".

=> Deux feuilles d'aluminium séparées par une feuille de papier paraffiné forment un condensateur.
 
Symbole du condensateur
symbole du condensateur

III-Caractéristiques physiques du condensateur

-Description d'un condensateur de type industriel :

Ce type de condensateur est constitué de deux longues feuilles d'aluminium ou d'étain, séparées par deux longues bandes de papier. L'ensemble est enroulé et comprimé. Les feuilles métalliques sont les armatures, et le papier, le diélectrique. Chaque armature est reliée à une borne. Les gros condensateurs sont plongés dans une cuve pleine d'huile pour améliorer l'isolement.

 

Condensateur papier étain

Condensateur au mica argenté

IV-Caractéristiques électriques du condensateur

1-Capacité d'un condensateur :

La capacité d'un condensateur mesure son aptitude à emmagasiner (ou stocker) des charges électriques sur ces armatures par unité de tension à ses bornes.
La capacité s'exprime en farad.
 
Mathématiquement la capacité d'un condensateur est déterminé par :


formule capacité d'un condensateur

La capacité d'un condensateur est de 1 farad si une différence de potentielle de 1 volt entre ses armatures y dépose une charge de 1 coulomb (1 coulomb = 1 ampère pendant 1 seconde).
 
Le farad étant une unité très grande, nous utiliserons plus couramment ses sous-unités :
 
- le millifarad (mF) : 1mF = 10-3 Farad (filtrage pour ampli audio haut de gamme)
- le microfarad (µF) : 1µF = 10-6 Farad (filtrage alimentation cartes électroniques)
- le nanofarad (nF) : 1nF = 10-9 Farad (découplages et filtres actifs)
- le picofarad (pF) : 1pF = 10-12 Farad (circuits haute fréquence)

Physiquement, par sa construction mécanique, la capacité d'un condensateur plan est déterminé par :
 
- La surface « en regard » des armatures
- L'épaisseur du diélectrique (isolant)
- La nature du diélectrique ou sa permittivité (epsilon).

On définit la permittivité relative er par le rapport de la permittivité absolue du diélectrique e et de  la permittivité du vide eo(=8,84.10-12F/m).Cela permet d’exprimer la permittivité d’un matériau par un nombre sans dimension.

 Nature isolant

Permittivité relative er

Rigidité diélectrique V/mm

Film plastique

2 à 5

20

verre

7

20

céramique

1000

10

air

1

0,03

Unités : C(F) , S(m2) , d(m) , e(F/m)

      

2-Tension de service d'un condensateur

Si l’on veut augmenter la capacité du condensateur, il faut diminuer d c'est-à-dire rapprocher les armatures l’une de l’autre. Mais une étincelle risque alors de se produire entre les armatures qui perce  l’isolant(claquage).

 La distance d doit rester suffisante pour éviter le claquage.

On appelle rigidité diélectrique, le champ électrique maximal Emax supporté par le diélectrique. Celle-ci détermine la tension de claquage Uc=Emax.d.

En pratique, un condensateur est défini par sa capacité et sa tension de service (tension inférieure à la tension de claquage)

La tension de service d'un condensateur est la différence de potentielle maximale que l'on peut appliquer à ces armatures sans l'endommager.

V-Groupement de condensateurs

1-Condensateurs associés en parallèle

condensateur en parallèle
Q1 = U.C1
Q2 = U.C2
Q3 = U.C3
 
Q totale = Q1 + Q2 + Q3 = U(C1 + C2 + C3) = U Ceq
D'ou :    Ceq = C1 + C2 + C3 + ...
Si nous associons plusieurs condensateurs en parallèle, la capacité équivalente de l'ensemble est égale à la somme des capacités des condensateurs associés.

Cette association est utilisée pour augmenter la capacité su système.

Sur la photo ci-dessous on peut voir un ensemble constitué d’une quarantaine de condensateurs à air disposés en parallèle (condensateur d’un récepteur radio). Les armatures de gauche sont mobiles et commandées par le bouton supérieur. Elles viennent s’intercaler entre les armatures fixes. En tournant le bouton, la surface en regard S est modifiée.

Sa capacité variable est de l’ordre du  picofarad (pF)

 

2-Condensateurs associés en série

condensateur en série
Tous les condensateurs en série se chargent à la même quantité d'électricité Q,
d'ou : Q = C1.U1 = C2.U2 = C3.U3 et Q = Ceq U
Avec : U = U1 + U2 + U3
Nous avons :
formule équivalence condensateur
d'ou :
formule générale de l'équivalence condensateur
Si nous associons plusieurs condensateurs en série, la capacité équivalente est telle que son inverse soit égale à la somme des inverses des capacités des condensateurs associés. La capacité de l’ensemble série est toujours plus faible que la plus petite des capacités associés !

Si l’association comporte n condensateurs identiques, la capacité de leur association série est égale à la capacité d’un condensateur divisé par n.

On utilisera se montage pour réduire la capacité mais surtout il  permet de diviser une tension appliquée trop forte pour un condensateur. La tension divisée par le nombre de condensateurs devient inférieure à la tension de service de chacun d’entre eux.